TROPHEE DE BRETAGNE PAYS DE LOIRE COURSE DE LOHEAC


Samedi 11 Octobre 2014

2014 tb 01 109h50

En observant la météo, dès le début de la semaine, j’ai bien compris que les réglages du samedi ne serviraient pas le dimanche. Du coup je n’étais pas trop pressé de partir ce matin.

12h10

A peine le temps de m’installer et je profite du dernier run de la matinée. Je connais relativement bien la piste, mais mes concurrents également. Il y aura quelques ajustages à faire sur le châssis mais ce n’est pas trop mal.

14h10

Alors qu’il s’est mis à pleuvoir pendant la pause déjeuné, je profite de cette météo pour passer en pneus pluie et redécouvrir la piste dans cette configuration. L’essai sera concluant, je me balade sur la piste, de l’accroche, de la relance, bref un pur plaisir.2014 tb 02 2

15h10

           Bruno et Mireille viennent tout juste d’arriver. Le temps que Bruno vérifie le kart et c’est déjà parti. Je suis encore dans le bon ton, même si je trouve le comportement du kart pas terrible. Je ne suis qu’à 2 dixièmes du meilleur !

 16h10

            Un petit réglage, quelques directives de Bruno et je suis de retour sur la piste. Je n’arrive toujours pas à mettre le doigt sur le réglage parfait mais les chronos sont toujours aussi bons. Il reste toujours un petit écart mais il se réduit.

17h10

Rien ne va plus, les réglages que j’ai effectués ne sont pas top... l’écart est maintenant de 6 dixièmes.

 

Dimanche 12 Octobre 2014

 2014 tb 03 306h30

Réveil difficile, il ne pleut pas encore mais au bout de quelques kilomètres, c’est le déluge. Je sens que je vais avoir du boulot en arrivant sur la piste pour effectuer tous les réglages.

08h40

Je n’ai pas réussi à faire tous les réglages pour participer au warm’up, du coup ça m’angoisse, car dans la précipitation, on oublie toujours quelque chose…

9h55

Le briefing des pilotes nous a fait prendre du retard. Il pleut toujours et nous allons nous élancer sur la piste pour la séance chrono. Comme nous n’avons que 5 minutes, cela fait à peine 5 tours, pas de temps à perdre, je décide de me placer au milieu du paquet. Le coup de sifflet retentit et c’est parti ! Un pilote part directement à la faute, je garde ma ligne et je gère les freinages, tout va bien, mes chronos descendent, quand tout à coup, cerise sur le gâteau, je double mon principal adversaire ! Sur 29 pilotes je signe le 9ème chrono à 5 centièmes du 8ème, qui est aussi le premier master.

11h302014 tb 04 4

Juste avant le départ pour la première manche, il pleut toujours. C’est en chauffant mon moteur que j’aperçois ma roue arrière gauche qui n’est pas serrée, je savais bien que dans la précipitation j’avais oublié quelque chose. Les feux s’éteignent et c’est parti ! Enfin parti, c’est vite dit, en fait, je ne sais pas où je suis sur la piste... nos pneus pluie rejettent tellement d’eau qu’on ne voit absolument rien, on pilote les premiers mètres à l’aveugle, juste par instinct. Puis peu à peu les rejets sont moindres, on voit plus ou moins la piste. Je suis dans le dos de mon adversaire jusqu’à ce qu’un concurrent me double. Il y a plusieurs karts dans les bacs à gravier, les drapeaux jaunes sont agités en permanence. Difficile de faire une course dans ces conditions. Je termine 8ème.

 

2014 tb 05 514h30

Alors que nous prenons de plus en plus de retard, la direction de course nous annonce l’annulation des phases de Pré-finale. Le départ de la 2ème manche se fait difficilement ; le pilote me précédant ayant eu, comme 2 autres concurrents, un problème de bougie, je suis obligé de passer limite dans l’herbe pour l’éviter. Je fais un gros travers mais j’arrive à rectifier ma trajectoire. Comme il pleuvait moins j’avais réglé mon châssis différemment et ce n’était pas ce qu’il fallait faire... Du coup, le pilote est plus instable, mais je reste au contact. Je termine 11ème.

 

 

16h002014 tb 06 6

Je pars 9ème pour la finale, mon premier adversaire est 6ème et mon premier poursuivant est 22ème. Il ne pleut plus mais la piste est encore très humide. Je prends un super départ, ça se bouscule pas mal mais je passe. Je reste très collé aux autres et après quelques virages je me retrouve derrière mon rival. Je suis plus rapide que lui mais la piste n’est pas si simple à exploiter. Je tente un premier dépassement mais c’est trop juste, je me recale tout de suite derrière et je tente à nouveau ! Seulement là, je touche le vibreur et je suis déporté vers l’extérieur. Je reprends aussitôt la piste, j’ai juste perdu 2 places. Je reviens sur eux et au même virage je fais la même erreur, et cette fois, c’est le bac à gravier... le temps de ressortir et je suis presque dernier. Enervé, je tente le tout pour le tout mais rien ne va, le frein accroche et je traverse la piste dans l’herbe ; me voilà dernier. Il ne me reste que 3 tours pour parvenir à sauver l’honneur en doublant 3 pilotes. Ouf...

Bon heureusement que je n’avais rien à perdre sur ce championnat, puisque ayant commencé tardivement, il m’était impossible de gravir la 3ème marche. Une chose est sûre, le travail développé avec Bruno m’a permis de me rapprocher de la tête de course, puisqu’en finale, 1 millième me séparait de mon adversaire, sachant que je l’attaquais de suite, cela voulait dire que j’étais dans le ton immédiatement. J’obtiens le 9ème chrono de la finale. L’année est maintenant achevée, reste à préparer la prochaine saison !

Merci encore de votre soutien et j’espère tous vous retrouver à mes côtés en 2015.

 

 

 

iconePdfCliquez pour télécharger le résumé en PDF

Retour Sommaire

moi