TROPHEE BRETAGNE PAYS DE LOIRE COURSE DE LAVAL


Samedi 1 septembre 2018

2018 tb 0105h30

Les vacances sont terminées ! A l’aube de la rentrée scolaire où 12 millions d’élèves vont investir les bancs d’écoles, nous serons quasiment 150 pilotes sur la piste de Laval Beausoleil, pour la 3ème épreuve du Trophée de Bretagne Pays de Loire et surtout un très bon entraînement pour la Coupe de France qui aura lieu ici-même dans 10 jours.

08h10

Je suis venu m’entraîner il y a une semaine afin de faire des tests, c’est avec ces derniers que je réalise mon premier run du week-end et les chronos sont excellents !

09h50

Comme il y a la Coupe de France sur ce circuit, 5 nouveaux pilotes sont venus pour se mesurer aux locaux, 2 d’entre eux se sont inscrits au Trophée et donc pourront marquer des points, les 3 autres ne sont là que pour la course. Au total, nous sommes un plateau de 18 pilotes. De suite je me mesure à mon challenger car le résultat de cette course peut influencer nettement la suite du championnat, et le ton est donné puisque nous jouons au chat et à la souris à tour de rôle.

11h30

Je me sens confiant sur cette piste et j’enchaîne les tours à très vive allure. Mais attention, les autres concurrents montrent aussi leur potentiel et il faudra jouer de stratégie pour prendre le meilleur.

 

12h00

Afin d’optimiser la journée de test et d’anticiper les réglages pour demain et dans 15 jours, il était indispensable de passer par les pneus neufs. J’adapte les réglages en conséquence et je déjeune tranquillement sous un soleil de plomb.

 14h30

Je sais qu’avec les pneus neufs, les 2 premiers tours sont toujours délicats, puis après c’est grand gaz. Je prépare bien ces 2 tours et j’attaque. Un peu déçu du chrono, j’essaye de m’appliquer encore plus, mais je reviens sur un autre pilote, et étant beaucoup plus rapide, je lui fais l’intérieur, malheureusement il ne m’a pas vu et braque d’un coup. Cette manœuvre soulève l’arrière de mon kart me faisant monter en l’air en pirouette puis retomber très violemment sur le naseau de l’autre pilote. Une douleur intense sur le flanc m’empêche de respirer pendant quelques secondes, les secours viennent à nous ! Diagnostic : une côte fêlée, l’arbre arrière tordu et en fin de soirée les cervicales douloureuses.

15h40

Alors que j’ai récupéré de ce choc, je n’ai pas d’autre choix que de repartir pour voir si je peux à nouveau piloter pour la course de demain et surtout dans 10 jours ! Heureusement que j’avais ma minerve, je protège côte, mais la douleur est très vive et cela coupe la respiration. Je me bande le torse pour éviter l’amplitude et les vibrations puis je remonte dans mon baquet. J’avoue qu’à cet instant, rien ne va plus ! Drapeau vert, je m’élance en dernier sur le circuit et je vérifie que le kart n’a pas subi d’autre dommage, puis je prends les virages de plus en plus vite pour mesurer l’impact sur ma blessure : à part un virage délicat, le reste ç’est bon, je finis même par améliorer mes chronos. Par contre, difficile de serrer les vis avec le bras gauche, bon et bien on va prendre le droit !!!

2018 tb 02 17h10

Dernière série, les chronos sont moins bons et je n’insiste pas beaucoup, le mal est encore bien là et je préfère passer une bonne nuit et voir demain matin comment la douleur aura évolué.

18h30

Briefing des pilotes, rien de nouveau sauf un changement d’horaire avec la suppression de la phase pré-finale, il y aura donc une séance chrono, deux manches et une finale. Dans un sens, cela m’arrange de moins rouler. Direction l’hôtel.

Dimanche 2 septembre 2018

06h30

La nuit n’a pas été très bonne, la douleur a eu raison de mon sommeil, mais dans l’ensemble ce matin je dirais que ça va.

08h15

Le warm’up est rassurant et au niveau de la douleur, ça va le faire.

09h26

Séance chrono, 5 minutes seulement, je pars derrière 2 très bons pilotes (ex champion de France !) ils me serviront de lièvres. Cela démarre doucement, même un peu trop à mon goût, déjà 2 minutes d’écoulées, puis 3 minutes, bon tout compte fait, il faut que je double, mais l’incident d’hier me fait un peu douter de la manœuvre délicate et du coup moi-même je suis attaqué… c’est le bordel !!!! Trop tard, les 5 minutes sont finies, c’est le pire scénario ! 11ème sur 18 ! Mon challenger direct est 4ème ! Le moral était déjà bas, mais là c’est dur ! Je peux alors compter sur Charles, Toutoune et mon épouse pour me remotiver et repartir au charbon !

2018 tb 03 

10h40

C’est le départ de la première manche, les feux s’éteignent et c’est le bordel, tout le monde veut déboiter ! Connaissant ce principe, je garde une vitesse tranquille et boum, 2 karts se percutent devant moi, je les évite de peu et là j’attaque ! 8 tours pour remonter dans le classement, je suis beaucoup plus rapide et je remonte très vite mais doubler est une autre histoire. Mais quand on prépare bien son attaque c’est imparable, une fois le premier doublé la confiance est revenue, c’est au suivant puis ainsi de suite… Une très belle remontée, je termine 5ème ! Mon challenger lui, a été victime d’une sortie de piste et finit dernier.

14h30

Deuxième manche, je repars 11ème. Le départ est lancé et là, il n’y a pas de grabuge, je perds même une place ! Mais je reviens très vite sur les autres et je vais doubler, doubler, doubler. Puis un pilote va être plus récalcitrant, alors que je lui fais l’intérieur, il insiste et manque de nous monter dessus ! Je gagne le duel et je termine 7ème. Le cumul des 2 manches me place 4ème, c’est plutôt une bonne chose sachant que j’ai fait le 4ème temps.

2018 tb 04

17h05

C’est parti pour la finale, mon challenger est 10ème. Le but, c’est juste d’être devant lui et tant qu’à faire, avec un maximum de points ! Feu vert, un bon départ puisque je garde ma place mais j’ai du mal à garder le rythme des leaders. Un pilote (ex champion de France) me double, je reste dans ses roues et nous remontons sur les autres, il va finir par les doubler un à un d’une façon déconcertante ! A voir, ça semble facile mais à faire… Je vais moi-même tenter une attaque mais je ne vais pas assez vite pour finaliser, nous sommes tous dans le même rythme. Je termine 5ème du général mais 3ème du Trophée, mon challenger termine 9ème.

Le Trophée de Bretagne n’a jamais été autant disputé ! Je ne peux pas dire que je sois déçu, car en passant par le bas, j’ai pu grâce à mon entourage, remonter la pente rapidement et obtenir tout de suite de bons résultats. Je n’ai plus qu’à prendre un peu de repos pour soigner cette côte et me préparer pour la Coupe de France dans 10 jours. Alors bonne rentrée à tous et à très vite !

iconePdfCliquez pour télécharger le résumé en PDF

 

Retour Sommaire

moi