TROPHEE BRETAGNE PAYS DE LOIRE COURSE DE LOHEAC


Samedi 20 octobre 2018

05h30

En route pour la dernière journée du Trophée de Bretagne Pays et de Loire, mais aussi la dernière course de la saison. L’objectif de ce week-end n’est pas forcément de gagner mais d’être devant 2 autres pilotes, car nous sommes 3 à pouvoir remporter le championnat, c’est du jamais vu.

2018 tb 2 01

08h30

Le budget ne permettra pas d’acheter des pneus d’entraînement. Il me reste quelques pneus qui devront tenir un peu mais je sais que cette piste est une véritable râpe et que la gestion des pneus de course sera primordiale pour mener à une potentielle victoire.

09h50

Nous sommes 10 en pré-grille. Certains ont mis des pneus neufs, comme mes concurrents directs, autant dire qu’ils n’ont pas l’intention de me laisser gagner, d’ailleurs on le ressent très bien lors de nos brefs échanges amicaux du matin.

11h10

Malgré des pneus un peu fatigués, les performances sont pas mal, je me concentre essentiellement sur les trajectoires et la régularité. Mais il sera difficile de faire les essais de cet après-midi avec ces chaussettes !

14h30

Après avoir récupéré quelques pneumatiques dans les poubelles (eh oui !), je me lance sur la piste. C’est mieux mais ce n’est pas le pied non plus.

2018 tb 2 02

15h50

Ce n’est pas forcément plaisant de subir les essais, mais l’avantage, c’est que mes concurrents usent aussi leurs pneus et je vois que les chronos se resserrent. C’est quand même plus d’1 seconde 5 de perdue par rapport à d’habitude !

17h10

Dernière série, je ne suis pas sûr de pouvoir la faire entièrement, les pneus sont morts ! Mais c’est appréciable d’être à nouveau dans le rythme, une chose est sûre, les pneus ici souffrent énormément !

18h30

Briefing des pilotes, à nouveau il n’y aura pas de pré-finale, c’est peut-être pas mal pour la gestion des pneumatiques, on verra demain.

2018 tb 2 03 

Dimanche 21 octobre 2018

06h00

La route est longue ce matin, le temps est très clair, mais il fait un froid de canard 4°C seulement !

2018 tb 2 04

08h51

Je suis en grande forme, et je vais mettre tout le monde d’accord, 4 dixièmes sur le meilleur tour ! Le ton est donné !

09h55

Séance chrono, la séance où il ne faut pas se louper, 5 petites minutes déterminantes pour la journée et pour le championnat. 2 pilotes ont chaussé des pneus neufs (bien géré les gars) mais sont plutôt dans le bas du classement, donc pas trop d’inquiétude mais je garde un œil dessus. Je suis idéalement placé derrière mes 2 concurrents directs, je ne voulais pas servir de lièvre ! Je vois que cela va être très serré car nous nous croisons toujours au même endroit, seule certitude, je remonte très vite sur un des 2 concurrents, il est plus en difficulté ! Le verdict est là, 2ème à 68 centièmes du premier, la course va être sous très haute pression.

2018 tb 2 05 11h15

C’est le départ de la première manche, les feux s’éteignent et j’attaque de suite. On est côte à côte, mais j’ai 2 roues dans l’herbe, il me tasse un peu et je dois lâcher ! Je reste dans ses roues, et en ligne droite je le recolle, mais la partie sinueuse est moins bonne, on fait yoyo ! Impossible de l’attaquer, je finis 2ème.

12h30

Mes parents sont venus me voir, un peu comme chaque année, ou alors c’est pour la saucisse-frites, bon moi je préfère la galette, breton d’origine….

15h15

Pour la 2ème manche, la stratégie va entrer en lice, j’opte pour des pneus… comment dire, en fait c’est simple nous avions 3 jeux de pneus (3 x 4) je garde mes pneus des chronos pour la finale (les moins usés), du coup j’ai 8 pneus sous les yeux et j’en garde 4 (les plus frais). C’est là que la journée de samedi va entrer en jeux, s’entraîner avec de vieux pneus permet de s’appliquer au maximum et comme je l’ai fait toute la journée d’hier, j’espère que cela va être payant. Le départ est lancé. Sans surprise, mon concurrent part largement devant, je sais que le principal est de finir 2ème de la manche, donc je gère au mieux la situation. Ce n’est pas sans subir quelques attaques du 3ème concurrent mais j’arrive à m’imposer en fermant les portes dans le dernier tour, il n’en fallait pas plus. Finissant 2ème, je pars également 2 en finale.

2018 tb 2 06 

17h45

A ce niveau-là, c’est super simple, si je suis devant je gagne le trophée, si je suis derrière c’est lui qui gagne et je serais 2ème, le troisième pilote étant plus loin dans la hiérarchie, il ne devrait pas jouer les trouble-fête. La pression est là. Inutile de vous dire que le ventre est serré et que j’ai hâte que le moteur s’allume, les 10 minutes passées en pré-grille sont interminables. Comme à mon habitude, je suis assis dans mon kart, le casque fermé et je me concentre. Ca y est, le panneau « MOTEUR » est affiché ! On démarre et on s’élance, le tour est plutôt rapide et lorsqu’on se présente sous les ordres du starter, le poleman, est trop rapide, du coup tous les drapeaux jaunes sur la piste sont agités, le directeur de course fait signe au poleman de ralentir sous peine de sanction. Autant dire que l’adrénaline fait yoyo, il faut à nouveau se reconcentrer, on joue avec nos nerfs. Cette fois la cadence est bonne, je suis à la hauteur de mon concurrent et j’accélère au bon moment. Le moteur est plutôt très efficace car je passe en premier dès le premier virage, je soigne mes trajectoires et je sens que mes pneus sont bons, alors j’attaque de suite, c’est parti pour 12 tours ! Impossible de savoir si je suis suivi, je reste concentré sur ma course, c’est toujours difficile de se trouver devant car on n’a aucun repère des autres concurrents et il ne faut pas trop attaquer ni trop assurer. Allez, encore 8 tours ! Je garde un œil sur mon ordinateur de bord qui me renseigne sur mes chronos en direct par rapport à mon meilleur tour et une chose est sûre, je suis super régulier et comme je ne suis pas attaqué, cela veut dire que mon rythme est bon. Encore 3 tours, hors de question de penser à la gagne, je reste dans mon rythme, dernier tour, je ferme les portes mais j’assure les trajectoires au cas où je serais attaqué, encore 2 virages, le cœur commence à s’emballer ! 1 virage, allez, on attend de passer le drapeau à damier ! Oui c’est fait ! J’exulte dans mon casque, le poing levé !

2018 tb 2 07

Difficile de transcrire la joie de ce résultat, mais je peux vous dire que je suis heureux d’avoir concrétisé la saison de cette manière ! J’ai su jouer de stratégie, de régularité et de concentration pour obtenir le titre du Trophée de Bretagne Pays de Loire. Cerise sur le gâteau, la ville de Lohéac offre la coupe « Hallouet » en hommage à la personne ayant créé le circuit, et cette année c’est pour notre catégorie. Un week-end parfait !

2018 tb 2 08 

Ainsi s’achève la grande saison 2018. Merci à vous tous de votre fidélité ! Je compte bien sûr sur vous l’année prochaine, n’hésitez pas à me faire connaître et à rallier vos amis, proches, chef d’entreprise… Sans votre participation je n’aurais pas ces résultats.

A très vite pour notre grand rendez-vous de journée de clôture.

 

iconePdfCliquez pour télécharger le résumé en PDF

 

Retour Sommaire

moi